Projet associatif  
Accueil
Paroles de membres du CA
Notre histoire
L'association
Conseil d'administration
Le Centre Educatif
Les appartements
MAMIE
Actualités
Emplois & stages
Contact
Liens utiles

© 2018 CELC

Projet associatif

Son histoire

L’Association La Cordée est riche de son histoire et de sa genèse.

Elle voit le jour le 26 février 1969 par déclaration d’existence à la Sous-Préfecture de Soissons.  Elle se nommera d’abord Association d’Action Sanitaire et Sociale de Soissons et de ses Environs.

Cette association type Loi 1901 installe son siège à l’Abbaye Saint-Médard dans les locaux à la suite de l’Institut des sourds, muets, aveugles et orphelins créée par l’Abbé DUPONT de Villeneuve-Saint-Germain en 1940 sous le vocable Association Saint-Médard.

En application de la loi de 1905 instituant la séparation des églises et de l’Etat, elle devient propriété départementale.

Le 30 septembre 1974, elle adopte l’appellation qu’on lui connait encore aujourd’hui : La Cordée en référence au sens et aux valeurs que ses 13 fondateurs souhaitent donner à  cette association : La solidarité, la sécurité et le chemin tracé, l’adulte étant là pour assurer le jeune dans son ascension et le guider afin de franchir les obstacles mais sans jamais le porter.  Ils veulent que cette association aide le jeune à « s’élever ».

 

Ses valeurs

 

Les membres du Conseil d’Administration, tous bénévoles, sont les garants de l’esprit des fondateurs de l’Association ainsi que de ses valeurs.  Ils se doivent en même temps de répondre au schéma fixé par le Conseil Général et au respect des normes fixées conjointement.

Si l’Association La Cordée devait se choisir une devise, ce serait sans nul doute celle-ci : Augere. (loc. latine).  Dans son sens étymologique cela signifie, faire grandir, faire croître.  L’homme est un être relationnel, mais d’abord un être en devenir, un être à trois dimensions qu’il s’agit de ne jamais séparer, mais de distinguer soigneusement : le corps, l’âme et l’esprit.

·         Le bien-être dans le corps : Ce volet comprend la santé, mais aussi l’équilibre de vie dans sa relation à l’autre.  C’est également apprendre à accepter son corps tel qu’il est, de le faire grandir par une nutrition équilibrée et par le sport.  Le corps est ce qui nous permet de communiquer

·         Le bien-être de l’âme : D’un point de vue sémantique il s’agit d’un esprit humain doté principalement de facultés morales.  L’âme définissant toute entité douée de vie (homme, animal, végétal), dans un sens littéral il s’agit d’un « respirant ». 

C’est donc l’expression « être bien dans sa peau » qui est recherchée ici pour l’enfant.  Réconcilié avec son histoire, être capable de nouer des relations harmonieuses et non conflictuelles.  Permettre à ces enfants de devenir des êtres aimants et aimés, faire naître cette capacité de recevoir et donner de l’amour sur un plan spirituel au sens large.  L’Association doit permettre aux jeunes qui seraient isolés affectivement de sortir de cet esseulement par une écoute bienveillante.  Nous partons du postulat qu’aimer c’est vivre, sans amour on ne fait que survivre.  Cela implique pour les professionnels une connaissance personnelle des jeunes surtout aux étapes délicates comme le passage à l’adolescence et l’entrée dans le monde des adultes.  Cela implique également une compréhension de l’autre et une tolérance mutuelle dans ses différences religieuses, physiques, culturelles, sexuelles, ethniques, d’opinion, de genre.

·         Le bien-être de l’esprit : Il s’agit pour l’Association de permettre à l’enfant de bénéficier d’un enseignement de qualité afin qu’il ait la capacité d’avoir un jugement libre et indépendant, capable de comprendre, d’apprendre, c’est-à-dire de développer harmonieusement ses facultés de mémoire, d’intelligence et de volonté.

L’Association a également comme valeur fondatrice l’ouverture vers l’autre.  Elle reconnait de ce fait la diversité personnelle, culturelle et rejette toute forme de discrimination.    C’est ainsi qu’elle vise à aider les enfants à s’intégrer dans la société et à en faire des hommes de relation. 

Elle s’attache à cultiver les liens familiaux et les accompagne sur le chemin de la réconciliation avec eux-mêmes, leur famille et leur histoire.  Ainsi, l’Association reconnait que la place de l’enfant est dans sa famille.  Elle déclare toute l’importance de la construction du lien avec celle-ci. 

L’Association s’inscrit dans une politique de développement durable en s’ouvrant sur les autres et en ancrant son action territorialement en partenariat avec les différents acteurs locaux.

L’Association se veut garante de la dignité des enfants et devient la protectrice de l’enfant contre toutes maltraitances morales ou physiques.

 

Concernant le Centre Educatif :

L’Association déclare que l’établissement qu’elle gère n’est pas un foyer mais bien un centre éducatif et qu’à ce titre elle met en avant des valeurs éducatives.  Le travail sur l’apprentissage des droits et obligations civiques de l’enfant fait partie de la transmission de cette éducation.  Elle veille aussi à ses relations avec le monde scolaire en cherchant le meilleur cursus pour l’enfant.

Elle s’attache également à proposer la structure la plus familiale possible dans son sens fraternel et de sollicitude.  Le centre apporte chaleur et protection à ses usagers.

De par son histoire, l’Association reste ouverte à de nouveaux besoins.  A ce titre elle se veut force de proposition et joue son rôle de veille sociale.

 

Ses buts

Dans ses derniers statuts datant du 09 décembre 2004, l’Association réunie en assemblée générale, soucieuse de conformer son objet et ses actions avec les enjeux modernes tels qu’ils sont exprimés par la Loi du 02 janvier 2002 associe les familles et les acteurs sociaux au travail entrepris par La Cordée.

Les buts de l’association sont de concourir à l’accueil, à l’éducation et à la rééducation des enfants, des adolescents, des jeunes adultes qui présentent des difficultés d’intégration sociale en raison de leur comportement, de problèmes psychologiques, affectifs ou familiaux, ou de troubles du caractère et de la personnalité.

L’essentiel de ses préoccupations est de mettre en avant l’importance des valeurs éducatives.  Le travail sur l’apprentissage des droits et des obligations civiques de l’enfant fait partie de la transmission de cette éducation.

 A cet effet, elle peut créer ou gérer, avec l’aide des partenaires sociaux et des services de la Justice, tous établissements ou structures qui lui paraissent répondre à ces objectifs.

L’Association se donne comme principe de favoriser par tous les moyens dont elle dispose le développement harmonieux et l’épanouissement de la personnalité des jeunes dont on lui  confie la charge en y associant les familles et les différents acteurs sociaux.

En résumé, l’Association La Cordée se fixe comme but de permettre aux enfants, prioritairement du département de l’Aisne, d’arriver à l’âge adulte dans les meilleures conditions en complétant l’éducation déjà reçue par les parents.

Le travail de l’Association s’inscrit dans le cadre d’une prévention secondaire ou tertiaire.  Dans la première situation, l’Association intervient auprès d’un public repéré comme potentiellement en danger, il s’agit d’une prévention au sens de la loi du 05 mars 2007 réformant la protection de l’enfance.  Dans ce cas de figure, il s’agit principalement d’une intervention dans le cadre d’un accueil provisoire administratif.  Dans le second cas, il s’agit de travailler auprès d’un public ayant déjà fait l’objet d’une mesure d’assistance éducative judiciaire au titre de l’article 375 du code civil.  Dans cette dernière hypothèse, notre action s’inscrit dans une prévention de la récidive du danger ou son aggravation.

Les membres de l’Association se fixent comme but d’apprendre à l’enfant à entrer en relation avec son environnement tant dans la période de la découverte de l’enfance que dans la canalisation des pulsions adolescentes.  Ils visent à lui enseigner ses devoirs d’Homme et le respect de soi-même et des autres.

Par cet apprentissage, l’enfant apprend le bonheur des relations humaines et intègre que la solution est dans la parole et non dans la violence, que la difficulté provienne d’un désaccord ou d’un mal-être.  Il s’agit d’une transmission des devoirs et droits civiques dans une logique de responsabilisation.  L’Association tend à inculquer aux jeunes qui lui sont confiés une autonomie de vie en interaction avec l’environnement.

L’Association se fixe également comme but de créer des espaces temps de discussions démocratiques où la parole est libre et où le débat entre usagers et membres de l’Association, bénévoles ou salariés puisse exister sur base de la règle fondamentale qui est  d’apprendre à écouter pour être entendu.

In fine, l’Association souhaite intégrer les enfants qui lui sont confiés dans la société en tant qu’acteurs et membres actifs de leur communauté mais aussi sujets de leur propre projet de vie et ne pas devenir des assistés.  En donnant pour recevoir, les enfants deviennent à part entière des constructeurs de l’Association et ce lien entre les membres et les usagers  donne un nouveau sens à l’appellation : La Cordée.

 

Ses moyens

Il s’agit essentiellement du Centre Educatif implanté à Soissons dans le cadre de l’Abbaye Saint-Médard.  Celui-ci est divisé en appartements et un pôle adolescents.

Les appartements sont caractérisés par un cadre chaleureux accueillant des enfants selon une mixité du genre et de l’âge de 8 à 14 ans.

Le pôle adolescents est construit sur un projet d’apprentissage de l’autonomie pour les jeunes de 15 à 18 ans.

L’école privée sous contrat d’association accueille des enfants de 8 à 12 ans pris en charge au titre de l’aide sociale à l’enfance qui  ne sont pas obligatoirement des usagers du Centre Educatif.  Les enfants y bénéficient d’un enseignement d’adaptation devant leur permettre à moyen terme de réintégrer un enseignement classique.

Les acteurs ne sont pas multidisciplinaires mais interdisciplinaires.  Les intervenants sont donc complémentaires de par leurs expériences, leur âge, leur diplôme, leur approche.

Les acteurs sont bénévoles ou salariés (éducateurs, maîtresses de maisons, institutrice, infirmière, psychologue, chauffeurs et homme d’entretien, surveillants de nuits, personnels administratifs) sous l’autorité du directeur.  Ils appliquent ensemble la politique associative élaborée par le  conseil d’administration et son Président.

L’association ouvre son éducation élargie à la famille en passant par la participation, la collaboration et l’expression de celle-ci.

 

Durée

Le présent projet associatif est établi pour une durée de cinq ans et sera revisité avant terme échu ce qui permettra de suivre au plus près l’évolution de la société et de ses normes.

 

Ce projet a été approuvé à l’unanimité lors du Conseil d’administration du 14 juin 2012.